Cedric PERNET - Forensics, Malware & Cybercrime

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 11 septembre 2013

Malicious activity detection: AV killing

Two months ago, I released a YARA rule and an IOC rule to detect some generic folder dumps files. It has been proven useful in the real world, showing that it is possible to detect some attacks on a host with very easy rules.

Today I had another detection idea, as basic as the previous one. It is based on my experience in malware analysis and incident response, so I hope it will be helpful to other incident responders, especially when they work on APT attacks.

As you might know, some malware, in addition to every malicious activity they can provide, do deactivate the anti-virus running on the system. Usually, these malware are easily noticeable because (once depacked) they show strings which are known anti-virus processes names.

Some examples are:

  • drweb32.exe
  • avscan.exe
  • etc...

These malware do usually know between 10 and 40 processes names that they absolutely want to kill.

Therefore, the idea is to try to detect any binary which contains these processes names.

I looked a bit around and found that Jerome Athias had released a "killav.rb" script in Metasploit. He provides us with 579 different processes names, all related to security tools and anti-virus products.

I asked Jerome and he kindly allowed me to use that list to build the YARA rule I was thinking of (with a bit of Python, it would have taken too long by hand of course).

The rule is built so that it will be triggered if 4 or more strings are found.

Please feel free to tweet me (@cedricpernet) or e-mail me any missing process name (there must be plenty) and I will update the rule accordingly. Also, if it triggers false positives, do not hesitate to reach me.

The YARA rule is here.

mardi 6 mars 2012

MISC 60

Hello,

Encore une minuscule entrée dans le blog, pour signaler que j'ai publié avec mon collègue Jean-Philippe TEISSIER un article dans le numéro 60 de MISC, intitulé : "Injections webs malveillantes".

misc60.jpg

vendredi 23 décembre 2011

MISC 59

MISC 59 vient de sortir et le magazine fête sa 10ème année.

misc59.jpg

Vous y trouverez notamment un article de mon cru : "Analyse de malware avec Cuckoo Sandbox".

Bonne lecture, feedback apprécié :-)

vendredi 2 septembre 2011

MISC 57

MISC #57 vient de sortir ...

Vous y trouverez notamment un article que j'ai écrit sur la Recherche « à froid » de malware sur support numérique.

Bonne lecture, et comme d'habitude, feedback apprécié ;-)

lundi 29 août 2011

There's a new worm in town

Hello les kidz, Histoire de blogger vite fait, un nouveau worm vient de voir le jour : Morto.

F-Secure et Microsoft nous fournissent quelques informations intéressantes.

Ce que j'en retiens :

  • Une fois qu'il arrive sur un réseau, il scanne tout le réseau local pour trouver des machines acceptant les connexion RDP. Du coup, il génère beaucoup de trafic sur le port 3389/TCP (RDP), ce qui le rend facilement détectable.
  • Une fois une machine trouvée, il tente de bruteforcer l'Admin avec une liste de mots de passe bien générique, non sans rappeller celle de Conficker/Downadup à l'époque.
  • Sur un poste infecté, la présence de 2 fichiers en particulier doit mettre la puce à l'oreille quant à une infection: \windows\system32\sens32.dll et \windows\offline web pages\cache.txt
  • Pour le moment, une autre méthode de détection pourrait être de tester des connexions vers les domaines jaifr.com et qfsl.net (command&control du worm), mais cela reste très temporaire, les contrôleurs de tels bots changeant en général très fréquemment de c&c.

Le but final est de disposer d' une bonne backdoor sur les machines infectées, ce qui permet notamment de dropper d'autres malware (allez, au hasard, du rogue AV ou du troyen), ou voler de l'information (parce qu'il faut bien entretenir la peur des APT), ou encore lancer des attaques DDoS (très tendance...).

Bonne rentrée à tous ;-)

lundi 28 mars 2011

MISC Hors-Série n° 3

MISC Hors-Série numéro 3 vient de sortir.

Vous y trouverez notamment un article que j'ai co-écrit avec mon collègue Guillaume Arcas, sur les analyses de malware par sandbox ou en lab... #shamelessselfadvertise ;-)

lundi 21 février 2011

CARBERP - Nouvelle étude

Voici une rapide synthèse de l'excellent document de MalwareIntelligence sur ce malware, dont j'avais déjà parlé précédemment.

Ce malware dispose de plus en plus de fonctionnalités avancées, alors qu'au départ il n'était qu'un dropper (un binaire malveillant dont le seul but est d'installer un autre malware sur le poste de la victime). La seconde génération de CARBERP a permis de créer des botnets "carberp" disposant de communications HTTP avec un serveur de command&control (c&c). Cette seconde génération a également ajouté un module additionnel (plugin) nommé "grabber" permettant de voler les identifiants et mots de passe d'une longue liste d'applications Windows diverses et variées (MSN, Firefox, etc.), ce qui a fait entrer Carberp dans la liste des familles de malware de type chevaux de Troie (trojan).

La troisième génération intègre d'autres modules : "stopav", "miniav", "passw". Ces modules ne sont pas exactement les même sur toutes les variantes découvertes sur Internet, du fait de la possibilité de "customiser" ces modules en fonction du client privé à qui Carberp est vendu. Car le modèle économique choisi par les auteurs de Carberp n'est pas le même que celui de ZeuS/Zbot par exemple. Alors qu'il est possible d'acheter ZeuS/ZBot sur des forums, Carberp n'est pas vendu publiquement (Tout comme Torpig/Anserin/Sinowal d'ailleurs).

Niveau systèmes d'exploitations, Carberp est capable d'infecter des systèmes Windows 95/98/Me/NT/2000/XP/Vista, et 7. Pour infecter un système 7, Carberp créé des fichiers dans certains répertoires qui ne nécessitent pas d'être administrateur du poste, à savoir Startup, Application Data et Temp. Carberp n'a pas besoin des droits d'administrateur parce qu'il ne change rien à la base de registre, contrairement à la plupart des autres malware : une fois un poste infecté, Carberp créé une copie de lui-même dans "Startup", il sera ainsi exécuté à chaque redémarrage du système. Il dispose du coup de fonctionnalités de type rootkit, pour éviter que l'utilisateur ne le voie dans ce répertoire (injection dans diverses API).

Carberp se propage de diverses façons, la plus intéressante étant qu'il utilise des accès dérobés de FTP pour injecter des iframes dans des pages web, de façon totalement automatisée, pour infecter d'autres postes.

La première connexion vers le c&c est une requête POST vers /set/first.html qui contient la liste des processus en cours de l'utilisateur, ainsi qu'un identifiant (ID) unique.

La seconde connexion vers le c&c est une demande du malware pour recevoir les modules additionnels. Puis vient une requête GET /cfg/gsbcc permettant de télécharger la configuration du botnet.

Enfin, une connexion POST vers /set/task.html permet au malware de savoir s'il doit accomplir une tâche particulière.

Le plugin "passw.plug" contient la liste des logiciels dont le malware va voler les identifiants/mots de passe :

AIM - AIMPro - AOLInstantMessenger - ASP.NETAccount - AppleSafari - Becky - BitKinex - BlackwoodPRO - BulletProofFTPClient - CamFrog - CiscoVPNClient - ClassicFTP - CoffeeCupFTP - CoreFTP - CuteFTP - Dev Zero G FTPUploader - Digsby - DirectoryOpus - Eudora - ExcitePrivateMessenger - ExpanDrive - FARManagerFTP - FFFTP - FTPCommander - FTPExplorer - FTPRush - FTPUploader - FTPWare - Faim - FileZilla - FinamDirect - FlashFXP - FlingFTP - ForteAgent - FreeCall - FreeFTP/DirectFTP - Frigate3FTP - GAIM - GizmoProject - GmailNotifier - GoogleChrome - GoogleTalk - GrayBox - GroupMailFree - ICQ2003/Lite - ICQ99b-2002 - IncrediMail - InternetExplorer - JAJC - LeapFTP - LTGRoup - MSNMessenger - Mail.RuAgent - MailCommander - Mbt - Mirabilis - MirandaIM - MozillaFirefox - MySpaceIM - Odigo - Opera - Opera 9 Beta - Outlook - POPPeeper - PSI - Paltalk - Pandion - Pidgin - PocoMail - QIP - QIP.Online - Remote Desktop ..Connection - RimArts - Safari - SaxoTrader - ScotTrader - ScreenSaver9x - Scribe - SecureFX - SIM - SmartFTP - SoftXFTPClient - TheBat! - Trillian - Trillian Astra - UltraFXP - WebSitePublisher - WS_FTP - Wi - WinSCP - WinSCP 2 - WinVNC - Windows / ..TotalCommander - WindowsCredentials - WindowsLiveMail - WindowsLiveMessenger - Yahoo!Messenger

Carberp dérobe également des identifiants/mots de passe de certains sites bancaires, et de certains sites d'e-commerce. (iBank, CyberPlat ...)

A noter que les données volées sont transmises directement vers le c&c, sans aucun chiffrement. Il doit donc être possible de créer de bonnes règles de détection sur votre trafic sortant afin de déterminer les données volées et obtenir la certitude d'une infection (Ceci dit, de bonnes règles d'IDS en entrée doivent également permettre de détecter une infection Carberp). De bons screenshots sont disponibles dans le document de MalwareIntelligence.

Le plugin "stopav.plug" contient la liste des solutions anti-virales connues et stoppées par le malware :

ESET NOD32 Antivirus - ESET Smart Security - ArcaVir Antivirus - AVG8 - Mcafee Antivirus - Avast! - Avast5 - Avast4 - Microsoft Security Essentials - Sophos - DrWeb - BitDeffender - Avira

Le plugin "miniav" mène la guerre contre les autres malware de type trojan : il détecte et nettoie les infections des malware suivants:

ZeuS - Limbo - ImageFileExecution - Barracuda And BlackEnergy - MyLoader - Adrenalin - Generetic

Détail amusant et plutôt malin concernant les c&c de Carberp : lorsqu'accédés par le web, ils affichent une page "This account has been suspended", phrase bien connue indiquant que le compte a été suspendu, généralement du fait de contenu illicite. Un point de détail qui fera peut-être stopper les investigations des moins curieux. En fait, l'accès au c&c se fait par une page /accounts/authorization.html.

A noter que toute l'interface est en russe et ne propose pas d'autre langue.

Les accès de MalwareIntelligence sur certains c&c indiquent des botnets de plus de 500 000 machines. Les statistiques sont d'ailleurs plutôt agréables graphiquement, à voir les captures d'écran du rapport.

D'autres captures sont très intéressantes, notamment celle exhibant la configuration du malware: alors que Carberp est livré avec 3 modules par défaut, il en existe d'autres, certains aux noms évocateurs tels que "vnc.plug" et d'autres semblant présenter des pseudonymes de fraudeurs.

Carberp est donc un malware très dangereux : il dispose de fonctionnalités impressionantes qui le mettent en concurrence directe avec les meilleurs trojans tels que ZeuS ou Torpig, et son business model le rend peu détecté, parce que vendu uniquement à des clients de confiance, vraisemblablement tous russes. Même s'il semble "down" depuis peu au niveau de son développement (les principaux c&c sont downs), nous ne sommes pas à l'abri d'en voir ressurgir.

mercredi 6 octobre 2010

Nouvelle menace malware : Carberp

Et voilà, encore un nouveau malware avec un nom improbable : CARBERP.

Ce malware est un malware de type cheval de Troie. Il dérobe des données de l'utilisateur après avoir infecté sa machine, les données les plus intéressantes pour lui étant vos coordonnées bancaires ainsi que tout couple login/mot de passe intéressant.

TrustDefender vient du coup de publier un excellent rapport sur ce malware, dont je vous invite à lire une synthèse ici. La version complète peut être obtenue sur simple demande.

Ce que j'en retiens ?

  • Carberp prend grand soin de ne jamais avoir besoin de droits système. Aucune élévation de privilège n'est nécessaire pour qu'il fonctionne à 100%, que ce soit sous XP, Vista, ou Windows 7. Du coup, seul un user de la machine est infecté.
  • pour le moment, il ne hooke qu'Internet Explorer -> les users sous Chrome/Firefox/etc. sont donc safe.
  • Il n'écrit rien dans la base de registre. Se relance au reboot en copiant un exe caché (effet rootkit) dans la section "Startup" de l'utilisateur. GMER peut le voir par contre.
  • Il envoie les données volées en temps réel vers le command&control, mais tenez-vous bien, les données sont envoyées en HTTP, EN CLAIR ! Nul doute qu'une des prochaines évolution de ce malware consistera à ajouter une couche de chiffrement.
  • Il n'intercepte que les requêtes POST sur les sessions SSL. Il ne fait rien sur le trafic HTTP. Certaines banques africaines sont donc safe ;-)))
  • Possibilités de détection de machines infectées :

- surveiller les requêtes POST vers URLduc&c/set/first.html. Pour éviter tout risque de faux positif, le paquet contient "id=debot" en entête.

- détecter les requêtes GET de format URL/cfg/passw.plug , URL/cfg/miniav.plug, et URL/cfg/stopav.plug : ces 3 fichiers sont toujours downloadés au moment de l'infection initiale.

  • il tue les AV qu'il rencontre, mais aussi les ZeuS et les Limbo sur les postes qu'il infecte, apparemment.

Si vous voulez mon avis, on n'a pas fini de le voir évoluer, et rapidement je pense, parce que comme dirait l'autre, "il a tout d'un grand".

Ajout de dernière minute: on vient de m'informer qu'une souche capable de cibler Firefox vient de voir le jour... Quand je parlais d'évolution rapide... A suivre ! :-)

mardi 26 mai 2009

Etude Pushdo by Trend Micro


Après la vague de documents de qualité variable sur le malware Conficker/Downadup/Kido, que je n'ai pas commenté ici par manque de temps, et après l'excellente étude de Torpig de l'Université de Santa Barbara, largement commentée par les médias, j'ai décidé de sortir de ma torpeur et de mon planning plutôt chargé pour partager avec vous un document un peu moins médiatisé mais que j'ai trouvé absolument délicieux : l'étude du malware Pushdo/Cutwail/Pandex réalisée par Trend Micro.

Cet excellent document de 39 pages nous décrit le botnet constitué par le malware Pushdo. Techniquement, ce produit probablement russophone se décompose en deux parties : le downloader, nommé Pushdo, et d'autres modules (payloads) dont le fameux Cutwail, destiné exclusivement à envoyer du spam. Nous y apprenons que Pushdo délivre environ 7,7 milliards de spam par jour, la majorité ciblant la Russie, fait suffisamment étonnant pour être souligné.

Le contenu des spam est varié. Cutwail propage en effet de la publicité pour des sites pornographiques payants, ainsi que pour des sites de contrefaçon pharmaceutique (Canadian Pharmacy), pour des sites de contrefaçon de produits de luxe (replica watches etc.), et spamme même de la publicité pour des commerces russes "locaux". Ainsi, le document de Trend nous montre preuve à l'appui un spam destiné à promouvoir un cabinet d'avocats de Moscou, par exemple. Pushdo envoie même des e-mails pour faire...sa propre publicité.

Ce botnet, qui serait le second plus gros botnet mondial, est géré par des cybercriminels dans un but commercial : proposer leurs services pour envoyer des spam "sur mesure".

Des grilles de tarifs très précises sont d'ailleurs indiquées par ces criminels :

  • 4000 roubles (environ 90 Euros) pour spammer 1 million d'adresses d'entreprises de Moscou.
  • 12000 roubles pour spammer 6 millions de particuliers sur Moscou.
  • 18000 roubles pour spammer 10 millions de particuliers dans toute la Russie.


Mais le service n'est pas limité à la Russie : des tarifs sont fournis par pays. Ainsi, cela reviendrait à 7000 roubles pour spammer 3 millions de particuliers français.

D'un point de vue technique, Pushdo/Cutwail est plutôt bien programmé, et tente de se dissimuler au mieux sur un système infecté : opérations minimales d'écriture sur le disque de la victime (la plupart des informations sont stockées en mémoire et non sur le disque), et son code varie très fréquemment. En plus de ses fonctionnalités de spam, Pushdo peut déposer d'autres malware sur le système infecté, permettant ainsi de générer d'autres revenus pour ses propriétaires : un service de distribution de malware. D'autre part, il embarque un module de sniffing qui lui permet de faire de la collecte d'adresses e-mail, alimentant probablement les listes ciblées établies par ses exploitants. Ce réseau va même jusqu'à proposer à ses clients de leur créer des sites web, pour que leurs spams gagnent en crédibilité...

De nombreux éléments dans l'enquête de Trend laissent à penser que ses auteurs et ses exploitants sont russes. Notamment une clef de chiffrement contenue dans le malware, qui se révèle être une phrase russe écrite à l'envers et pouvant être traduite par "screw you my friend".

Quant au site principal des auteurs, son hébergement varie. J'ai effectué une recherche rapide et pu trouver très rapidement 135 autres noms de domaines hébergés au même endroit (actuellement en Allemagne), dont voici la liste:

0yandex.ru

1spam.ru

2009-rosmould.ru

abusehost.ru

abushost.ru

abuz-host.ru

abuzhost.ru

advert1.ru

akrobo.ru

allo-intim.ru

analyzersrlp3.ru

balashcity.ru

balashclty.ru

balashhouse.ru

balashlhouse.ru

balashouse.ru

bal-ka.ru

ballashouse.ru

bldroup.ru

bl-roup.ru

bluectone.ru

buildhost.ru

cammin.ru

clulbclha.ru

collortrac.ru

delaemsayti.ru

detmirru.ru

devisex.ru

ecopane1.ru

email-advert.ru

email-spam.ru

emailspam.ru

email-s.ru

engl4u2.ru

enterboom.ru

eralash-megashou.ru

evroreklama.ru

farma-reklama.ru

fingertru.ru

flowermagazin.ru

forumdeneg.ru

forum-it.ru

giftoportal.ru

goohost.ru

gooreklama.ru

granlt-m.ru

gssotravell.ru

halljas.com

hotellmetallurg.ru

hot-english.ru

hruhru.ru

igrushki-detiam.ru

inet-email.ru

inter-reklama.ru

isuzu-darom.ru

kdr-english.ru

kompforum.ru

kompkatalog.ru

lky-ky.ru

llght-decor.ru

madeforwomen.ru

magazinreklamy.ru

magicstaffmed.ru

mailadvertising.ru

mailer1.ru

med-consulting.ru

metalstuff.ru

mnogonarodu.ru

neintim.ru

ns1.buildhost.ru

online-email.ru

online-korp.ru

online-mail.ru

online-mas.ru

online-master.ru

online-million.ru

online-standart.ru

online-start.ru

online-vzlet.ru

origtovary.ru

peklama-best.ru

pereplanlrovka.ru

pingov.ru

poligrafarsenal.ru

polligrafarssenal.ru

polligralfarsenall.ru

poslh-slhop.ru

ppkurort.ru

precisely.ru

printarsenal.ru

proektclty.ru

projekt-online.ru

rassilka-online.ru

reklamict.ru

reklmagazin.ru

reseller-soft.ru

rosmould-2009.ru

rucasinoru.ru

rucvetokru.ru

ruintimru.ru

rukinomania.ru

saitbaz.ru

seminar-on-line.ru

seomagnat.ru

setevaya-reklama.ru

setevayareklama.ru

shablon1.ru

sitepostroim.ru

sklb-trm.ru

smszasex.ru

spam502.ru

spamarena.ru

spam-magazin.ru

spamonline.ru

spmagazin.ru

spmmagazin.ru

stroyka-best.ru

stroy-systems.ru

super-fuel-max.ru

super-kvartiry.ru

super-mailer.ru

super-rassylka.ru

svet-rus.ru

testcenterrt.ru

topspam.ru

turistmag.ru

video77.ru

vldeo-girl.ru

wmir.biz

yandex1.ru

zemli777.ru

zemlya777.ru

zmailer.ru

zvezdam.ru

La plupart des noms sont suffisamment explicites... Un joli nid bulletproof à services de spam, parmi autres joyeusetés. Je ne saurais que trop vous conseiller de ne pas aller y naviguer, la probabilité qu'ils propagent du malware n'étant pas négligeable...

Nul doute en tout cas que nos boites aux lettres vont continuer à souffrir de ce genre de services à la demande.

mercredi 4 mars 2009

Narciscareware



Difficile de passer à côté des scareware ces derniers temps, même en ne travaillant pas dans la sécurité informatique ou la cybercriminalité.

Très succintement, un scareware est un logiciel qui se fait passer pour un respectable anti-virus mais n'en est pas un. Dans quel but ? Vous faire payer pour une license, ou même infecter votre machine et ainsi vous voler de la donnée...

Toute une économie souterraine est alimentée par ce type de maliciel, qui peut se révéler très lucratif pour certains escrocs. Une excellente étude du phénomène a d'ailleurs été publiée par Joe Stewart de SecureWorks il y a quelques temps.

Plus récemment, j'ai lu un article de Dancho Danchev qui m'a d'abord fait rire, avant de me dire que comme d'habitude, les fraudeurs avaient décidément beaucoup d'imagination...

Il est fait état d'un rogue anti-virus (scareware donc) nommé "Anti-Virus 1" qui une fois installé sur votre poste modifie certaines de vos navigations... En l'occurence, le logiciel procède en effectuant une légère modification du fichier host de votre système Windows. Le résultat ? Simple : lorsque vous naviguerez vers zdnet, toptenreviews, pc mag, pc pro, et j'en passe, vous verrez en fait une fausse page vantant les mérites... d'autres scareware !

Une méthode simple et probablement efficace de donner de la crédibilité à des applications néfastes...

J'en profite donc pour rappeller une bonne pratique pour les nouveaux-venus dans le monde informatique, qui sont les principales victimes de ce phénomène de scareware :

N'utilisez que des solutions anti-virales *connues* ! Et surtout, en cas de doute, plutôt que de télécharger et d'installer un anti-virus trouvé sur Internet, demandez son avis à quelqu'un qui a un peu plus d'expérience dans le domaine.

mardi 11 mars 2008

ZeuS and his thunderbolts !


Once again, I had no time to post anything here for the last couple of weeks, so I am shamelessly linking to a new post I wrote on CERT Lexsi's blog here.

I am preparing a big post for this blog (in french), but I am lacking time... Anyway, thanks to all friends and readers ! :-)


samedi 19 janvier 2008

Saturday Night Fever... And Win32.Agent.dwd malware analysis :-p


Well, it's about noon here, on saturday night, and I should be away with friends, drinking a bit, having fun, meeting new people... But things are a bit different this saturday night. Yes, I'm stuck home, being sick. Just like a malware, flue has spread amongst co-workers, and it finally struck me yesterday.

What could I do then, except spending some time on my laptop, lying in my bed ?

As the "social monster" I am supposed to be, like one of my co-worker has called me, I thought I would spend some time talking with one or two friends on IRC or MSN (well, I'm using "pidgin" under my Linux for MSN protocol, of course).

So I've been chatting a bit, and then, suddenly, a friend asked me :

"hey, is this you ? http://members.lycos.co.uk/xxxx/?=myemailaddress"

I immediately tried to tell her that she was having a malware on her computer, but it seems that she didn't get my message. Luckily enough, I had her phone-number so I called her and explained her some things ;-)

Now as curious as I can be, I got to this url and of course, it opened a window asking me if I wanted to download a file called "naked0453.com" , which I did.

I immediately sent this file for analysis to virustotal.com (Hi Julio ;-)) and got this result:

So now I could have googled around to find more information about this Trojan.Win32.Agent.dwd, but it would have been no fun.

Instead, I decided to launch the naked0453.com file ... Of course, under a special environment : a Windows XP SP2 in a VirtualBox. My sniffer (Wireshark) already on of course, to check for the network communication.

Well as soon as I ran the binary, it opened a window containing the "supposed" me :



Ok, it definitely is not me, I feel better, none of my ex-girlfriend has sent naked pics of me through Internet ;-P

Anyway, some files have been dropped on my system when I launched the binary:

* a file "services.exe" in my C:\Documents and Settings\user\localsettings\temp.
* some temporary files (image.jpg for example)

The services.exe binary is immediately run by the "naked" binary.

Once again, I ran the binary on virustotal.com, obtaining the following results:



As you can see, the malware itself is less detected than his dropper, which is usual. And oh, Armadillo is there... But I don't have reversing skills anyway :-p

Of course, the malware has also added himself in Windows registry, so that it will restart when Windows reboots.

Another funny thing is that services.exe (I'll call it the malware from now on) has been reading my autoexec.bat file, but I don't know why.


A remote thread is also injected in c:\windows\explorer.exe

I'm hushing through all these files manipulation because I'm not finding it so sexy : my main interest is to check what the malware has done on the network.

Letting Wireshark run for some time, I see there is quite an amount of communication. After some ten minutes, I stopped it, and put my Windows XP in my VirtualBox in his precedent state. (uninfected)

The first packets sent by the malware are DNS requests :

1 0.000000 192.168.x.x 192.168.x.x DNS Standard query A james.ccpower.ru
2 0.003170 192.168.x.x 192.168.x.x DNS Standard query response A 127.0.0.1
3 3.848609 192.168.x.x 192.168.x.x DNS Standard query A asl.aldanma.net
4 3.852151 192.168.x.x 192.168.x.x DNS Standard query response A 209.205.196.3


james.ccpower.ru points to 127.0.0.1, being useless. But we see that asl.aldanma.net is resolved to 209.205.196.3.

Immediately afterwards (5th packet) the malware establishes a connection to a IRC server at asl.aldanma.net :

NICK FQ[FRA-0H-hebxpefcz
USER heh heh heh :kakap
:log.on.sys 001 FQ[FRA-0H-hebxpefcz :Cisco
:log.on.sys 005 FQ[FRA-0H-hebxpefcz

:log.on.sys 422 FQ[FRA-0H-hebxpefcz :
:FQ[FRA-0H-hebxpefcz MODE FQ[FRA-0H-hebxpefcz :+i
JOIN #.niw
:FQ[FRA-0H-hebxpefcz!heh@AFontenayssB-x-x-x-x.wx-x.abo.wanadoo.fr JOIN :#.niw
:log.on.sys 353 FQ[FRA-0H-hebxpefcz @ #.niw :FQ[FRA-0H-hebxpefcz @abc
:log.on.sys 366 FQ[FRA-0H-hebxpefcz #.niw :End of /NAMES list.
:abc!rL@318BDD43.C22E0C0.495A4415.IP PRIVMSG #.niw :..... ............................................
PING :log.on.sys
PONG :log.on.sys

:abc!rL@318BDD43.C22E0C0.495A4415.IP PRIVMSG #.niw :........ 32415c24f4c28fb144f37921a7f4dc26 .........................
:abc!rL@318BDD43.C22E0C0.495A4415.IP PRIVMSG #.niw :........ a7d10aaf0e52b98963bc13232d4e88f1 .................................
:abc!rL@318BDD43.C22E0C0.495A4415.IP PRIVMSG #.niw :..... ............................................
PING :log.on.sys
PONG :log.on.sys

:abc!rL@318BDD43.C22E0C0.495A4415.IP PRIVMSG #.niw :........ 32415c24f4c28fb144f37921a7f4dc26 .........................
PING :log.on.sys
PONG :log.on.sys

:abc!rL@318BDD43.C22E0C0.495A4415.IP PRIVMSG #.niw :..... ............................................
:abc!rL@318BDD43.C22E0C0.495A4415.IP PRIVMSG #.niw :........ 32415c24f4c28fb144f37921a7f4dc26 .........................
PING :log.on.sys
PONG :log.on.sys

:abc!rL@318BDD43.C22E0C0.495A4415.IP PRIVMSG #.niw :..... ............................................


As we can see, the malware connects to the IRC server using a nick "FQ[FRA-0H-hebxpefcz" which at least contains a country reference.It also uses a user name "heh heh heh :kakap"
The answer from the server, the MOTD, is "Cisco".
The bot (malware) then joins the secret channel #.niw on the server.

We see only one user on the channel, with operator rights, called "abc". I would have liked seeing all bots connected at the same time but it seemed that the server was configured to hide everything. Even whois'ing was forbidden on the server.

After that, my machine started to connect to a lot of different web servers, getting hundreds of files (porn, affiliation, more malware...) but I had no time to keep digging, and furthermore I have to write another post on this blog about "Solutions Linux 2008" ... :-p

So this fast funny analysis is over, and as you can see it took me quite some time to publish it (mainly because I was away on hollidays) ;-)

jeudi 27 septembre 2007

Fujacks author gets a sentence... and a job


Pareil que pour le post précédent, je vous donne le lien direct ici ... (english)

Mais je vais quand même reposter quelques trucs ici, il faut juste que je trouve un peu de temps le soir ;-)
(Je dis ça pour les rares fidèles de ce blog que je remercie au passage)

dimanche 8 juillet 2007

More than words :-p


I'm always amazed by the quantity of malware that anti-virus companies can handle.
I sometimes think they live in a fantasy world where days are just about 30 hours instead of our 24.

They have skills, they have efficient methods and now... they have graphical interfaces to handle malware.
F-Secure posted some words on their tool called FSCSI here.

More than words, a demo without the "demo effect" can be seen here.

dimanche 20 mai 2007

Zunker, MeSpam, and Bretzels


Again, Symantec has released some interesting screenshots and article about Zunker, and its association with Mespam.

I won't add any comments, the article that you can find HERE is very well written.

dimanche 13 mai 2007

LdPinch and its parser, Zunker bot administration


Here is a post from F-Secure about a new LdPinch variant ...

It is very interesting, because it also shows us something we're usually not seeing : the GUI used by the fraudster, called Pinch Parser PRO. You can see it here

It definitely looks very professional ...

Panda Software also brings us some nice screenshots of frontends, showing us how a big botnet can be administrated here

The whole Panda article is here.

vendredi 23 février 2007

Apophish :p


Après les Haxdoor et autres trojans particulièrement utilisés en 2006, voici venir... Apophis ... Vendu en fonction des fonctionnalités jusqu'à 1200 Euros, et qui possède une très belle console d'administration comme nous le montre le CERT-LEXSI :

screenshots