Politique de partitionnement sur une Ubuntu 6.10


POLITIQUE DE PARTITIONNEMENT D'UNE DISTRIBUTION UBUNTU.

Comme souvent j'écoute megarock radio (oui j'aime bien les radios en streaming, j'en ai une petite liste mais que je ne copierais pas ici, vous pouvez toutes les retrouver dans la section "metal" ou "pop" de shoutcast) ...

Je me propose de vous faire part d'une de mes réflexions, vu que je viens de réinstaller une Ubuntu 6.10 (Edgy Eft) at home, sur mon poste principal.

Malgré le lien vers ubuntu-fr.org, je vous rappelle qu' Ubuntu est une formidable distribution Linux à base de Debian... (vous ais-je dit que j'étais aussi pro-Ubuntu que certains de chez INL ? (lo Jérôme, Vincent, Eric and co... :-) )

Bref, au moment de lancer le CD d'Ubuntu, je me demandais quelle politique de partitionnement j'allais adopter, sachant que j'installais cette distribution sur un petit disque (40 gigas).

Eludons de suite la discussion habituelle sur /boot, je ne suis pas particulièrement partisan de cette partition, surtout sur un petit disque sur lequel je ne veux pas créer "trop" de partitions...

Enchainons avec la liste de mes partitions ext3 :

* une partition /home relativement gourmande, évidemment.
Je compte y stocker pas mal de choses, et c'est l'emplacement privilégié pour faire du stockage sur un poste.
Concernant ses options de montage, je la monte en lecture-écriture, et en "nosuid", me connaissant je sais que je ne ferais pas tourner d' exécutables avec bits setuid à partir de /home.

* une partition /tmp.
Cet emplacement est de petite taille, et me permet surtout de pouvoir monter ce volume en "nosuid" et en "noexec" afin d'éviter qu'un script-kiddie qui réussirait à pénétrer le système puisse exécuter du code de cet emplacement trop facilement. (Il va de soi que s'il est root il fera de toute façon ce qu'il veut, mais je suis toujours partisan d'accumuler les sécurités ...)
Certaines installations peuvent se servir de /tmp et nécessiter des exécutions de code de /tmp, mais je fais le nécessaire pour l'autoriser quand il y a besoin.

* une partition /var de taille moyenne.
J'aurai même pu scinder /var et /var/log, mais je n'en ai pas l'intérêt sur ce petit disque d'un petit poste de travail. (J'exporterais par contre mes logs à distance)
Je ne monte pas ce volume en "noexec" ni en "nosuid", certains programmes étant susceptibles d'en avoir besoin.

* une partition /usr de taille moyenne.
Je suis tenté de monter cette partition en lecture seule, mais cela rendra l'installation de nouveaux paquets plus fastidieuse.
Je pourrais modifier /etc/apt/apt.conf pour me faciliter les choses, mais non. :-P

* une partition / de petite taille.
Pour le reste... :-)

Pour un petit disque de 40gigs, je pense que c'est plutôt une bonne politique de partitionnement... Des commentaires ? :-)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://bl0g.cedricpernet.net/trackback/3

Fil des commentaires de ce billet