Atrivo, botnet, spam ...

On m'a *un peu* reproché de favoriser l'anglais sur ce blog, sachant que j'avais annoncé au départ que la proportion d'articles FR/EN serait à peu près respectée... Est-ce ma faute si je dispose majoritairement de flux RSS en anglais, et que les seules mailing-lists que je trouve intéressantes le sont également ? :-)

Bref, ce post n'est pas là pour blablater sur cet aspect linguistique, mais bien pour faire un peu le point sur le cas Atrivo/Intercage.

Pour rappel, cet hébergeur localisé aux US sur lequel j'ai déjà bloggé ici et hébergeait apparemment 100% de données illicites telles que de la pédopornographie, des consoles d'administration de malware, du phishing, des faux sites, j'en passe et des meilleures...

Suite à l'étude de Jart Armin (lien dans mon premier post sur Atrivo, *flemme*) et au mouvement d'ensemble de la communauté de lutte contre la cybercriminalité, Atrivo se retrouvait sans connexion, après quelques épisodes de changement de peer etc.

Un nouvel article, cette fois-ci d'Ars Technica, apporte de l'eau au moulin. L'article nous indique ainsi que selon Messagelabs, qui est entre autre je le rappelle un *énorme* gestionnaire de trafic e-mail, l'activité globale des botnets s'est vue baisser de façon significative à la fermeture d'Atrivo :

L'impact a été de courte durée, puisqu'Atrivo est revenu online après sa première fermeture du 21 septembre 2008, et que certains de leurs clients ont probablement commencé à migrer rapidement toutes leurs données illicites et leurs command&control vers d'autres hébergeurs bulletproof.

Le spam quant à lui, malgré le fait que d'autres facteurs soient à prendre en compte, a baissé de 8,1% pour septembre 2008.

La fermeture d'Atrivo depuis le 21 septembre a fait couler beaucoup d'encre, et la communauté des professionnels de la sécurité informatique et de la lutte contre la cybercriminalité semble actuellement sur un mode de réflexion un peu plus mature que simplement vouloir fermer de nouveaux hébergeurs bulletproof, et dieu sait qu'il y en a encore un bon paquet. Les réflexions sur une meilleure collaboration avec les services judiciaires font partie intégrante de cette réflexion, de laquelle il émergera peut-être de nouvelles méthodes de lutte contre ce type d'hébergeurs. Time will tell.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet