jeudi 27 août 2009

Etude Trend Micro : A Cybercrime Hub

Trend Micro a publié hier une étude passionnante intitulée "A Cybercrime Hub".

Cette étude nous présente une compagnie estonienne qui sous des apparences légitimes se trouvait être totalement illicite. Cette compagnie, dont le nom est tu par Trend mais qu'il est facile de découvrir en googlant un peu, existe depuis 2005. Ses principales activités sont l'hébergement de contenus web, la distribution de trafic web, et la publicité. Jusqu'en octobre 2008 environ cette compagnie était même agréée par l'ICANN pour enregistrer des noms de domaines Internet.

Les data-center de cette compagnie sont répartis partout dans le monde, sous forme de serveurs achetés ou loués, avec une prédominance aux Etats-Unis. Ainsi, lorsque l'un de ces data-center est fermé, comme ce fut le cas en 2008 à San Francisco (ça ne vous rappelle rien ?) il suffit de basculer ailleurs ... Et de tout remettre en route en quelques heures !

Le quotidien de cette entreprise est en fait entièrement orienté vers la cybercriminalité sous des formes de fraudes diverses et variées. La plupart des jeunes employés de la compagnie, pour la plupart des étudiants ayant une vingtaine d'années et habitant dans la région de Tartu en Estonie, utilisent toutes leurs compétences techniques pour fournir des services frauduleux.

Le document se focalise sur certains aspects techniques déployés par les cybercriminels :

  • Installation et utilisation de serveurs DNS frauduleux (dits "Rogue DNS Servers") depuis 2005. Le principe est simple et efficace. Il s'agit de déployer de multiples serveurs DNS sur Internet, qui présentent tous les aspects d'un serveur DNS légitime, mais dont le comportement est tout autre : chaque requête DNS qu'ils reçoivent renvoient vers des sites frauduleux en lieu et place de sites légitimes.
  • Infection de victimes par un malware de type "DNS Changer". Il s'agit du complément idéal d'un serveur DNS frauduleux : pour que les machines des victimes envoient leurs requêtes DNS vers les serveurs DNS frauduleux, il faut que la configuration de leur machine pointe vers eux. Le malware change la configuration des victimes, qui n'y voient que du pare-feu. Du coup, leurs requêtes DNS légitimes se voient obtenir des réponses telles que souhaitées par les fraudeurs : redirection vers des sites hébergeant d'autres malware, vers des sites de phishing, etc.
  • Détournement des publicités dans les pages web du navigateur de la victime. La plupart des publicités que vous voyez sur Internet lorsque vous naviguez sont en fait hébergées par des tiers. Du coup, les fraudeurs ont pensé à détourner cette caractéristique, de façon transparente pour la victime infectée: alors qu'elle navigue tranquillement sur des sites de confiance, les publicités de ces sites (souvent des "Google ads") sont remplacées par des publicités de sites gérés par les fraudeurs. On pense ici en particulier à la contrefaçon pharmaceutique.
  • Installation de faux anti-virus (dits "Rogue AV") sur la machine de la victime. Les victimes allant vers certains sites contrôlés par les fraudeurs, notamment pornographiques, voient leur accès refusé sous prétexte d'être infectés par un malware. En fait, il s'agit d'un message placé par les fraudeurs eux-même. Le message est suivi d'une proposition de téléchargement d'un logiciel anti-virus. En juillet 2009, environ 100 000 machines se sont connectées sur l'un de ces sites, selon Trend Micro. Bien sûr, l'anti-virus proposé n'est autre... qu'un autre malware. S'il décide en plus de payer la license pour ce prétendu anti-virus, devinez qui récolte l'argent ? Eh oui, ces cybercriminels sont partout...
  • Détournement des requêtes Google des utilisateurs infectés : cette technique donne l'impression à l'utilisateur d'obtenir des résultats Google totalement cohérents, alors qu'en fait ils ont été manipulés par les fraudeurs.

Le papier de Trend Micro nous montre une structure élaborée, avec un intranet particulièrement bien conçu pour être déplacé régulièrement, sans trop entrer dans les détails techniques. La compagnie estonienne dispose de fortes compétences techniques, et sait les déployer et s'en servir de façon efficace. Leur niveau technique est impressionant, mais ce qui m'impressionne surtout, c'est cette capacité à toujours être innovant en termes de cybercriminalité. En seulement 4 ans, cette société a déployé des trésors d'imagination pour générer un maximum de profit.

Les "busts" récents sur un certain nombre d'hébergeurs bulletproof, non pas effectués par les services de Police mais par la communauté de la sécurité informatique et de la cybercriminalité, n'ont finalement eu pour effet sur le long terme que de rendre les cybercriminels plus méfiants, et plus prévoyants : s'attendant à se faire fermer à tout moment, ils sont capable d'apparaitre ailleurs très rapidement. On ne peut que craindre une augmentation de ce type de malveillances, tant que les législations internationales ne seront pas améliorées pour permettre aux forces de l'ordre de migrer ces fraudeurs vers une cellule bulletproof. :-)

mardi 9 juin 2009

Le gros steak n'est finalement qu'une escalope

Sous ce titre très évocateur, je tenais à bloguer rapidement pour partager avec vous une publication de Microsoft Research qui est à peu près passée inaperçue dans la presse française la semaine dernière.
Ce papier, en anglais, est intitulé "Nobody Sells Gold for the Price of Silver: Dishonesty, Uncertainty and the Underground Economy".

Il s'agit d'une analyse pertinente de l'économie souterraine liée à la cybercriminalité. Attention cependant, sont exclusivement considérés dans l'étude le phishing, le carding, les botnets et autres services "directs" fournis par les fraudeurs, et la monétisation de l'argent obtenu par ces biais. Sont donc exclus tous les autres actes de cybercriminalité tels que le vol d'information à la demande (et Marie Barel nous a montré récemment au SSTIC que le vol d'information n'existe pas), le chantage, etc...

Le but premier de ce document est de rompre avec les idées reçues : non seulement les sommes frauduleuses imputées à cette cybercriminalité sont exagérés par de nombreux professionnels du domaine, mais les estimations fournies par ces derniers alimentent le phénomène à l'inverse. Je cite l'étude : "Ironically, defenders (i.e., whitehats, security vendors and members of the security community) actively and energetically recruit their own opponents. By repeating unverified claims of cybercrime riches, and promoting the idea that easy money is there for the taking, we attract new entrants into the lower tier of the underground economy. While they may produce little profit they still generate large quantities of spam and phishing and cause significant indirect costs."

Une autre des idées reçues dénoncée par les chercheurs de Microsoft est le fait qu'il est facile pour n'importe quel fraudeur de monétiser l'argent issu de ces fraudes. Ce n'est heureusement pas le cas. Ainsi, un bon tiers de l'ensemble de ces fraudeurs ne sont que des escrocs sans aucun talent, qui essayent de se procurer des données intéressantes telles que des dumps de cartes bancaires ou des accès à des comptes bancaires en ligne. En réalité, ils se font escroquer eux-même la plupart du temps par des "rippers", une catégorie d'escrocs qui leur revendent des informations périmées ou tout simplement fausses/créées. C'est particulièrement vrai sur certains réseaux IRC : sur une analyse de 490 numéros de cartes bancaires découvertes rapidement sur IRC, 22% ne satisfaisaient même pas à l'algorithme de Luhn.

Toujours sur IRC, certains bots (des programmes destinés à effectuer certaines actions, à discrétion ou pas des utilisateurs leur envoyant des lignes de commandes) servent à vérifier si les numéros sont bons. Là encore la fourberie est de mise, puisqu'un certain nombre d'entre eux retournent des résultats volontairement éronnés, mais envoient les données soumises à un administrateur qui pourra s'en servir ou les revendre, devenant ainsi un ripper...Et je ne parle même pas de ces kits de phishing disponibles trop facilement, mais qui en fait contiennent du code dissimulé qui enverra toutes les données phishées à l'auteur du kit...

Bref, un bon tiers de ces fraudeurs galère finalement pour pas grand chose, voir pour rien, tandis que le reste, plus méthodique et surtout plus structuré quand on arrive sur le tiers supérieur, monétise effectivement beaucoup plus. Le travail collaboratif, en groupes de criminels structurés, apporte ici tous ses avantages aux fraudeurs. Ces derniers ne sont pas sur IRC, mais communiquent sur des forums spécialisés sur lesquels il faut montrer patte blanche, ce qui ne les empêche pas d'entretenir des rivalités. J'ai encore pu constater ça récemment, un célèbre forum de carders en accusant un autre de n'être qu'une façade de certains services gouvernementaux étrangers...

Un beau travail de Microsoft et une lecture très agréable donc, que je ne saurai que trop vous recommander.